Apprendre à recevoir

Recevoir de l’aide à domicile c’est aussi laisser une personne avoir accès à son intimité la plus profonde. C’est accueillir chez soi, sans ce lieu réservé au couple, à la famille et aux amis, un inconnu. C’est accepter qu’on a de plus en plus de limites qu’on ne peut plus cacher. C’est s’avouer à soi ne plus avoir les mêmes capacités qu’il y a quelques années. C’est aussi réaliser que les rôles se sont inversés, que nos enfants à qui nous avions beaucoup à apporter, à qui nous donnions régulièrement un coup de main, sont maintenant ceux à qui on ose à peine demander de l’aide.  C’est faire le deuil d’une partie de nous-mêmes…

Accueillir quelqu’un chez soi pour nous aider, c’est également se mettre à nu face à la personne, lui révélant toutes ces limites, ces problèmes de mobilité ou de santé que nous aimerions continuer à palier, sans y arriver. C’est parfois de devoir montrer son corps à un inconnu, avec les traces de la sagesse qui viennent avec et nous rappellent qu’il y a plus de belles années derrière que devant. C’est de perdre ses repères en laissant quelqu’un d’autre s’occuper des travaux extérieurs pour entretenir la maison, de l’entretien ménager ou encore de la cuisine. C’est faire face à ces petites pertes de mémoire qui gagnent beaucoup trop vite du terrain lorsqu’on constate que nous avons oublié le nom de l’aidante ou encore du moment de la semaine qu’elle nous rend visite. C’est de savoir chez soi un inconnu dans des périodes parfois plus difficiles, parsemées de colère, de deuils, de peine. C’est accepter qu’une personne fasse différemment, c’est s’affirmer, se faire confiance malgré les doutes qui subsistent en nos propres capacités.

Être aidé par un tiers, c’est accepter que ses proches ont besoin de répit, parce qu’ils ont leur vie à eux. C’est être empathique à leur vie de famille, leur situation professionnelle ou encore la distance qui les séparent de vous. C’est leur accorder cette possibilité de poursuivre leur bout de chemin, en étant fier des adultes qu’ils sont devenus et de ce que vous leur avez apporté. C’est ce cadeau de résilience que vous leurs offrez, car au fond de vous, ce sont seulement eux que vous aimeriez avoir à vos côtés pour traverser ces derniers miles. Passer d’aidant à aidé, c’est aussi apprendre à connaître une nouvelle personne. C’est lui laisser une chance, parfois deux! C’est le début d’une nouvelle relation qui vous apportera assurément quelque chose à en retenir. C’est la rencontre avec un aidant qui a à cœur sa profession, qui se rapproche bien souvent plus d’une vocation que d’un métier parmi tant d’autres. C’est l’accueillir, le découvrir. C’est être contaminé par un sourire chaleureux, c’est recevoir ces petites attentions qui vous manquaient tant. C’est le début d’une nouvelle histoire, dont vous aurez écrit le premier chapitre.